Le Grand Vefour


LA SAGA DU GRAND VEFOUR


Renouveau et décadence, mets exquis et semelle de botte, révolution, incendie, attentat... Le plus vieux restaurant de Paris a tout vécu et triomphé des pires épreuves.

Quel promeneur, flânant sous les galeries somnolentes du Palais-Royal, ne s'est jamais senti irrésistiblement attiré vers la galerie de Beaujolais, où brille Le Grand Véfour, joyau de la restauration parisienne, encore tout bruissant des joyeux échos qui ont animé le Palais Royal pendant plus d'un siècle ? Ce restaurant, haut lieu de la gastronomie parisienne, présente le cas à peu près unique de subsister dans le décor ancien où des milliers de gourmets se sont attablés depuis les années 1784-1785. Au mépris de l'évolution géographique des plaisirs parisiens, il a traversé le temps avec charme et dignité, et conserve son aura aux yeux des gastronomes du monde entier.

Plantons le décor ! Occupant toute la largeur du péristyle de Joinville, avec un retour sur la rue de Beaujolais, l'établissement ouvre sur les jardins par trois arcades. L'enseigne « Café de Chartres », qui figure sur la façade côté jardin, porte le nom de l'établissement qui a précédé Le Grand Véfour ; appellation choisie pour honorer le duc de Chartres, fils aîné de Louis d'Orléans, celui qui entreprit le lotissement du Palais-Royal et père du futur Philippe Egalité, dernier propriétaire du Palais avant la Révolution.

La porte franchie, nous voilà transportés deux cent ans en arrière ! Ornée de délicates boiseries sculptées de guirlandes de style Louis XVI, l'entrée donne accès à deux salles ; aux murs, les miroirs alternent avec les fameuses toiles peintes fixées sous verre. Inspirés des fresques pompéiennes du style néoclassique si prisé sous l'Empire, les thèmes de la décoration -gibier, poissons, fleurs et femmes aux paniers fleuris - éveillent la gourmandise des convives. Au plafond, rosaces et guirlandes en stuc encadrent des allégories de femmes, peintes sur la toile à la manière des plafonds italiens du XVIII° siècle. À l'entresol, une vaste salle ornée de boiseries du même siècle peut accueillir de nombreux convives.

React

Name
(*)
E-mail address
(*) won't be shown
Website
Subject
Message